jeudi 26 juillet 2012

Accès des services répressifs à la base européenne Eurodac : le Sénat refuse de mélanger étrangers et criminels


Ne pas mélanger les genres. Voilà ce que préconise le Sénat en s’opposant au renforcement de la finalité sécuritaire de la base européenne de données, Eurodac. D’après les sénateurs, cette base, qui rassemble les empreintes digitales des demandeurs d’asile et des clandestins appréhendés à la frontière ou sur le territoire national, est mal tenue, en particulier par la France. C’est l’une des raisons qu’ils invoquent pour refuser l’accès aux services répressifs à la base. LIRE LA SUITE...